Procès Spanghero | L'ACTUALITÉ EN DESSINS

Procès Spanghero

actualité en dessins,jm,#lol,lasagnes de cheval,procès Spanghero,viande de cheval,Jacques Poujol,Johannes Fasen,Spanghero,actualité,caricatures,dessins d’actualité,dessins de presse,dessins satiriques,dessins humoristiques,humour

De la prison ferme pour les responsables de Spanghero dans l’affaire des « lasagnes de cheval »

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné quatre responsables Spanghero du scandale dit « des lasagnes de cheval » à des peines de prison ferme relativement sévères. En 2013, un trafic portant sur 50 000 tonnes de viande de cheval vendues dans toute l’Europe pour du boeuf, avait été mis à jour…

 

Previous Post
Leave a comment

3 Comments

  1. Photo73

     /  17/04/2019

    🙂
    L’ennui, je crois, est que c’était organisé, pas opportuniste, avec une occasion de lot pas cher (cheval impropre à la consommation, ayant reçu des traitements antidouleur (cheval de course) interdit en consommation alimentaire, sauvés de l’équarrissage, remis dans le circuit comestible) à écouler. Un vrai système industriel, des traders, intermédiaires, transformateurs, remplacement d’étiquettes, tromperie très organisés.
    J’imagine que tout ça circulait sur les routes, pas de chemin de fer ?

    Répondre
    • 100 000 chevaux de courses, lol

       /  17/04/2019

      Cesse d’utiliser le verbe ‘ croire ‘.
      C’est comme quand tu utilises le conditionnel.

      50 000 tonnes…
      Un chwal, ça pèse combien, sans les os ?
      Bah si, sans les os.
      400 kg ?
      Allez, y’en a 500, ça vous va, ma bonne dame ?

      100 000 chevaux de courses ?

      lol, toujours aussi à la masse, tézigue

      Concernant ta question, je n’ai jamais vu de wagon ‘ frigo ‘, sur rails.

      Est-ce que ta propension à vouloir faire ( à chaque fois ) un trait d’humour est souvent en hors-sujet ?
      Ben disons que, comme d’habitude, après des hypothèses et des croyances, ça ne dépareille pas de trop…

      Répondre
  2. aux chiottes le libéralisme

     /  17/04/2019

    Les frangins doivent se mordre les ‘ oreilles ‘ d’avoir accepté que leur nom persiste après la vente de leur entreprise.

    50 000 tonnes…

    Attends, non, ‘ viande ‘ ne veut plus rien dire.
    Avant, le ‘ minerai ‘ de viande n’était pas ‘ considéré ‘ comme de la viande.
    C’étaient des protéines carnées qui se retrouvaient dans les pâtés et croquettes pour animaux carnivores…
    Mais ça c’était avant… la libéralisation.
    Avant les réformes, quoi.
    Libre circulation des biens et marchandises, et aucune traçabilité réelle de ce qui est ‘ importé ‘.

    Ils condamnent ( et heureusement… ) des lampistes.
    Des transformateurs finau(d)x.

    La vraie question est :

    Est-il toujours possible, jusqu’à ce qu’un autre consommateur PROUVE une autre ‘ fraude ‘ ET qu’une instruction judiciaire mène à un procès, de continuer à importer des minerais de viandes dont la provenance et la ‘ qualité ‘ soient TOTALEMENT inconnue ?

    La réponse est oui

    Question suivante ?
    Allez-vous continuer à les laisser ‘ libéraliser ‘ tout et rien, à votre détriment pour leurs ‘ profits ‘ ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.