Immigration = répression ? | L'ACTUALITÉ EN DESSINS

Immigration = répression ?

actualité en dessins,jm,#lol,immigration,immigrés,répression,gérard collomb,actualité,caricatures,dessins d’actualité,dessins de presse,dessins satiriques,dessins humoristiques,humour

Les gouvernements successifs dans une logique purement répressive concernant l’immigration ?

Sur le problème épineux de l’immigration plusieurs associations et intellectuels, mais aussi le Défenseur des Droits, dénoncent une logique purement répressive et fustigent l’exécutif. Le gouvernement s’en défend : faire preuve d’« humanité »… et en même temps de « fermeté »…

 

Leave a comment

2 Comments

  1. maposie

     /  25/02/2018

    C’est sur que les migrants, la misère dérangent. Les princes du pétrole sont bien accueillis

    Répondre
  2. osef

     /  25/02/2018

    Évoquer l’immigration et les politiques publiques en la matière sans évoquer les causes et les effets revient à ne parler que du traitement des symptômes d’une maladie sans jamais tenter d’en traiter les causes.

    Et l’analogie est particulièrement idoine.

    Que produit ( littéralement… ) la politique libérale ?
    Le mot liberté fut dévoyé par ceux qui ont inventé de toutes pièces les techniques de déréglementation de toutes les formes de régulation publiques.

    Ces gens n’étaient que des industriels confrontés à un problème.
    Le même problème qu’aujourd’hui.

    Ce problème est l’impossibilité de continuer à ‘ croître ‘ sans défoncer les protections collectives.

    Et donc, comme toute industrie, lorsque les ‘ coûts ‘ nécessaires pour détruire les obstacles à une ‘ croissance ‘ sont moindres que les bénéfices prévisionnels, alors l’industrie ‘ investi ‘.

    Pour comprendre ce qui précède, vous pouvez comparer avec les gaz et pétroles de schistes, par rapport aux ‘ nappes ‘ de pétrole non bitumeux.
    Lorsque les interdits ( ou les absences de régulation… ) et les ‘ coûts ‘ empêchaient l’exploitation des gaz et pétroles de schistes aux states, il n’y en avait pas.
    Dès que la politique ‘ libérale ‘ étasunienne a autorisé l’exploitation des gaz et pétroles de schistes, la ‘ production ‘ a commencé et continue avec toujours plus d’effets.

    À quel moment ce cycle-ci de l’ouroboros capitalistique a-t-il commencé à ne plus laisser de quoi exister à une partie de la population, l’obligeant à migrer ?

    Dès lors que les réglementations ont été ‘ réformées ‘ au détriment du plus grand nombre… ( ou que l’absence de réglementation a permis la paupérisation de masse. L’exemple le plus flagrant reste la création de la ‘ bourse ‘ céréalière, qui a fait crever littéralement de faim plus de 300 000 enfants dans la corne de l’ Afrique en 2009.

    Outre les 300 000 enfants morts de faim, combien d’autres sont morts en tentant de s’exiler ?

    Combien ont finalement réussi à devenir des immigrés ?

    Leur part de responsabilité ?
    Et la notre ?

    Nous laissons ‘ faire ‘ parce que nous sommes des feignasses bestiales culturées à l’individualisme consumériste.

    Demandez à la personne la plus empathique que vous connaissez de se passer de son smartphone en lui démontrant comment les terres rares d’ Afrique sont exploitées sans que le moindre revenu n’aille dans le collectif des pays défoncés, en lui démontrant comment des enfants assemblent son smartphones dans des conditions inhumaines, en lui démontrant que la ‘ société ‘ qui lui vend le fumeux smartphone 5 fois son prix de revient CONTRÔLE l’ensemble de SES institutions, elle comprendra.

    Mais elle ne le jettera pas, son smartphone.
    Pas plusse que ses naïques ou son survêtement, que son carré chatnel imprimé en Inde ou sa télé fabriquée en Chine par des enfants.

    Des feignasses bestiales culturées à l’individualisme consumériste…

    Et c’est pas près de changer.
    Ce paradigme a déjà fait 4 cycles complets avec des guerres sans nom comme épilogue à chaque fois.

    La seule différence cette fois-ci est que les intérêts sont maintenant tellement internationalisés que plus aucun pays ne détient réellement les dettes d’un autre pays ( non non, même l’Allemagne ne détient pas TOUTES les dettes Grecques… )

    Les guerres faisaient des morts.
    Les morts, c’est contre-productif, pour l’industrie.
    Pourquoi les tuer alors qu’on peut les exploiter sans qu’ils sachent qu’ils le sont et allant même jusqu’à se concurrencer à l’extrême.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.